Le guide de Miss Météo pour vos escapades estivales

Les conseils mode pro de la météorologue en chef chez SSENSE

  • Photographie: Rebecca Storm

Monte, canaille. On prend la route. Destination? N’entends-tu pas, Hypeville nous appelle. Avec mes prévisions mode expertes, cette aventure estivale débordante d’actions promet de marquer l’histoire. Aucun territoire n’est interdit. Et rien qui sera porté en chemin ne passera inaperçu. Le retour du soleil et sa chaleur accablante invitent à repenser sa garde-robe de manière à ce qu’elle crie: «Je suis hot», tout en restant complètement cool – le mantra idéal pour dévaler l’autoroute, se promener hors des sentiers battus et traîner dans les sections VIP des meilleurs festivals. Mets tes lunettes de soleil, prends ton petit encas, et boucle ta ceinture! Mais d’abord, étudie mes prévisions sur les tendances, grâce auxquelles ta valise débordera d’ensembles dignes des photos magnifiques que tu ne manqueras pas de prendre.

PARTIR SUR LES CHAPEAUX DE ROUES

Pas de roues? Pas de problème. Il n’y a pas de quoi s’en faire quand, avec ta dégaine, tu es un speed racer remonté. Avec les designs de la saison inspirés des autos, il n’en tient qu’à toi de réunir les plus belles caractéristiques: chaussures chromées, pantalon pot d’échappement enflammé et visière en PVC résistante aux intempéries (qui s’apparente à un pare-brise sans fissure). Ne vous contentez pas de sauter dans une bagnole, soyez ce sexy bolide!

BOB, A.K.A. CHAPEAU CLOCHE

Raoul Duke est la figure parfaite de la saison printemps-été 2019. En fait, le protagoniste célèbre de l’adaptation de Fear and Loathing in Las Vegas de Hunter S. Thompson incarné par Johnny Depp est une personnification adaptée de l’état dans lequel se trouve le monde aujourd’hui. Un rappel psychédélique, maniaque, virevoltant d’une génération qui écoute des séries en rafale, aux prises avec l’eco-anxiété et accro des réseaux sociaux. En cette période chaotique, le chapeau cloche – qui nous égaie en nous rappelant que l’été c’est correct d’être un peu cloche – est simplement ce dont tu as besoin pour te calmer (et bien sûr, avec le chapeau de Duke en tête, pour te protéger des émanations chimiques). Des motifs python aux motifs à carreaux en passant par les fleurs fantaisistes, chacun y trouve son bob. Que vous souhaitiez vous casser dans un parc national ou simplement vous protéger la nuque, le bob est l’essentiel de toute escapade.

PIQUE-NIQUE À L’AIRE DE REPOS

La recherche montre que le fait de voyager a une incidence directe sur l’appétit. Nous avons plus faim et sommes plus prompts à la tentation du goûter quand on est sur la route – besoin d’un snack, pronto. Chips, trempette, sandwich (coupé en deux, un tout de suite, l’autre plus tard – inévitablement avalé quatre minutes plus tard). Comme il est agréable, dans ces moments-là, de s’arrêter et de prolonger l’aventure. Les arrêts aux aires de repos sont l’occasion parfaite de s’étirer les jambes et de se ruer sur la toilette la plus près. Donc, quelle est la tenue idéale? Devenez le pique-nique dont vous rêvez… dans votre monde pittoresque idéal. Peut-être un imprimé de fruits (Marc Jacobs, MSGM, Gucci) ou des sacs fourre-tout (Kenzo, Loewe, Prada). Embrassez le charme estival du vichy. Les longs trajets n’ont rien de mignon, mais les tenues de pique-nique – avec des nattes pour l’effet –, si! Jamais une pause pipi n’aura eu l’air si planifiée.

MOINS DE SOUCI, PLUS D’AVENTURES

Vloggeurs, caravanier, couples en vacances: réjouissez-vous, c’est #wanderlust. Quand tu échappes à la réalité et que le monde est à toi, l’exploration se présente comme un engagement et ta silhouette doit refléter le luxe de ta ~liberté~. Un parfait coucher de soleil en arrière-plan ne peut être gâché par des vêtements qui portent les traces d’une vie corporative. Pour le look GoPro requis en tout temps, on opte pour les couronnes de fleurs, tout en tie-dye et des chaussures de la variété Birkenstock (si vous portez des chaussures), le tout auréolé de l’éclat que procure l’absence de wi-fi. Du Machu Picchu aux Jardins suspendus de Bali, si les plus de 99,9 millions de publications sur Instagram ont quelque valeur, #wanderlust n’est pas qu’un sentiment, c’est un mode de vie.

ROCKER SUR LA ROUTE

De On the Road de Jack Kerouac aux différentes versions de «On the Road Again» de Canned Heat, Bob Dylan et Willie Nelson, en passant par «Old Town Road» de Lil Nas X ft. Billie Ray Cyrus, on retrouve cette idée persistante: l’envie de foutre le camp! Quelle est la meilleure façon de montrer qu’on est prêt à prendre le large à la moindre occasion? Peut-être en impliquant qu’on est sur le point d’écrire une chanson sur le sujet – la guitare sur le dos (soyons honnêtes, la plupart des musiciens n’ont pas les moyens d’avoir une voiture), en stop vers l’horizon. Il ne faut pas oublier le calepin, dans les mains ou dans la poche poitrine (des points bonus pour un Moleskine écorné), qui révélera qu’on tient un journal, ou plutôt, rédige un premier roman. Les cheveux gras et une patine de crasse sur le visage – qui a besoin d’un miroir, au fond? Et toujours, toujours, avoir un pull autour de la taille au cas où l’on doive dormir chez quelqu’un à l’improviste. Et si vous vous retrouvez complètement seul, abandonné, au dépourvu sur l’accotement, il importe d’avoir une vision romantique de sa propre témérité, réciter ceci pourrait être utile: les seuls fous sont ceux qui sont fous de vivre, fous de parler, fous d’être sauvés, et qui veulent tout en même temps, ceux qui ne baillent jamais, ceux qui ne disent jamais de banalité, mais qui brûlent, brûlent, brûlent comme des bougies romaines jaunes fabuleuses et qui explosent comme des araignées dans les étoiles.

  • Photographie: Rebecca Storm
  • Stylisme: Romany Williams
  • Texte: L’équipe de rédaction SSENSE
  • Traduction: Geneviève Giroux