Las Pozas :
bienvenue au jardin surréaliste

Explorer le jardin de sculptures d’Edward James dans la forêt tropicale mexicaine avec Max Luz et Maria Osado

  • Photographie: Max Luz

« Plusieurs surréalistes n’ont jamais entendu parler du mouvement, » disait Edward James dans un documentaire biographique réalisé en 1978. Ici, à Las Pozas, dans son paradis surréaliste perché dans les montagnes mexicaines à plus de 583 m au-dessus du niveau de la mer, les tours de bétons et les escaliers en spirales émergent de la canopée, tourbillonnantes, comme des orchidées sur un cep de vigne. Edward James était un aristocrate et poète britannique, son esprit exubérant était toujours en quête de fantastique, de bizarre. En rassemblant l’une des plus grandes collections d’œuvres d’art surréaliste dans le monde, il a joué un rôle central dans le mouvement surréaliste des années 20 et 30 – Salvador Dali appartenait d’ailleurs à son cercle rapproché. Pour SSENSE, le cinéaste et photographe Max Luz et la mannequin et directrice de casting Maria Osado se sont rendu à Las Pozas, se sont immergés dans le surréel et ont tutoyé l’infini. « Si je suis surréaliste, ajoute James dans le documentaire, ce n’est pas à cause du mouvement, c’est que je suis né comme ça ».

  • Photographie: Max Luz
  • Assistance photo: Agata Ferrando
  • Stylisme: Aldair Teuffer
  • Modèle: Maria Osado
  • Coiffure et maquillage: Adrian Gonzalez Carmona
  • Lieu: Edward James Sculptural Garden, Las Pozas, Fundacion Pedro Y Elena Hernandez