Open Format: une expérience filmée pour Bottega Veneta

Plongez au cœur d'une démarche créative à travers une installation artistique vidéo réalisée à huis clos

  • Direction artistique: Phil Chang
  • Co-directeur: Jason Sondock, Simon Davis / rubberband.

Quelques questions.
Comment vas-tu?
Quel morceau écoutes-tu en boucle?
Quelle question entends-tu le plus souvent: «Sur quoi travailles-tu?» ou «As-tu passé une bonne journée?»
À quand remonte la dernière fois que tu as créé quelque chose sans partager immédiatement ton œuvre?
À quand remonte la dernière fois que tu as choisi de ne rien faire?
T’arrive-t-il de dire «non»?
Décris la chaise idéale selon toi.
Explique ce qui confère du caractère à cette chaise.
À quand remonte ton dernier moment d’inaction?
La procrastination est-elle un élément essentiel de ton processus créatif?
Combien de livres lis-tu en même temps?
À quand remonte ta dernière création manuelle?
Peux-tu donner un exemple de ce que le mot «patiné» signifie pour toi?

À une époque où le numérique occupe une place grandissante dans notre quotidien et où les notions de productivité et de valeur sont bien souvent confondues, il semble qu’il soit devenu rare d’interagir dans le monde réel. Presque autant que de collaborer sans exiger de résultat. L’attention au détail se fait presque inconcevable, tant l’exaltation prétendument inhérente à la recherche compulsive de nouveauté a émoussé l’impact et la signification du processus créatif. Que faire alors? Comment répondre en élaborant l’inverse d’une réponse?

Dans son essence, la toute première collection de Daniel Lee pour Bottega Veneta constituait d’une certaine manière l’inverse d’une réponse. Empreinte d’un design réfléchi à la hauteur de l’héritage de la marque, elle élevait la notion de luxe bien au-delà de ses connotations superficielles. La vision de Lee mêle l’élégance à l’ouverture d’esprit, l’assurance audacieuse à la discrétion; autant d’idées soigneusement mûries auxquelles donne corps le tissage intreccio emblématique de la marque. Le design du créateur interprète de manière ludique le désir dans tout ce qu’il a de plus secret et ambigu. Il n’impose rien mais invite au toucher de manière irrésistible.

Le mois dernier, le directeur artistique Phil Chang a invité cinq personnes issues de disciplines créatives différentes à se rencontrer et à interagir pour la toute première fois. Comme son nom l’indique, le projet, qui avait pour décor un ancien entrepôt de Los Angeles transformé en atelier, était simple et direct jusqu’à frôler l’impertinence. Venir. Rester 24 heures. Créer. Ou pas. Aucune règle, sinon celle d’oublier totalement les médias sociaux.

Filmée sous une multitude d’angles par des caméras statiques, l’expérience a permis de former un espace où il n’était pas question de créer dans le seul but de créer. Une manière d’invoquer l’énergie qu’engendre l’inconnu.

Les invités sont arrivés avec des appareils photo, du matériel de couture ou encore des carnets. L’un d’eux est même venu après avoir déménagé de New York à Los Angeles; oui, le jour même. Les chaises Enzo Mari ont été montées sur place. Des interviews ont eu lieu. Une chaussure a été réalisée à partir d’un vieux gant de base-ball. Une autre a offert une seconde vie à un blouson FedEx. Il y a eu une séance photo, un dîner. Il y a eu de longs moments de silence laissant place à ce genre de rire qui se manifeste lorsque l’on a côtoyé trop longtemps les mêmes personnes. Il y a aussi eu ce rire né de la joie de passer du temps ensemble – dans le monde réel. Il y a eu des visiteurs… accompagnés de leurs nourrissons. Il y a eu un sentiment d’estime mutuelle et un véritable partage de savoir-faire. Il y a eu un drone que personne n’a vraiment réussi à manipuler, mais même ce moment de chaos (l’engin fonçant dans les murs et les gens) s’est révélé agréable: il a suffi que tout le monde se baisse en même temps afin d’esquiver l’appareil pour que l’énergie change soudain du tout au tout dans la pièce.

Au sein de ce groupe, chacun s’efforce non seulement d’évoluer et de briller dans son industrie, mais aussi de remettre en question cette dernière. Ces individus s’interrogent profondément sur les implications de leur travail, prennent le temps de raconter leurs histoires et redéfinissent le sens du mot «créer».

Leur identité:

Jaimie Sanchez, réalisatrice et productrice,
Nicole McLaughlin, designer de produit,
Jin Ha, acteur et activiste
Jessica Willis, styliste
Rembert Browne, écrivain

Nicole McLaughlin wears Bottega Veneta short dress.

  • Texte: Durga Chew-Bose
  • Direction artistique: Phil Chang
  • Co-directeur: Jason Sondock, Simon Davis / rubberband.
  • Photographie: Phil Chang (BTS), Jason Sondock, Simon Davis / rubberband.
  • Conception du décor: Priscilla Jeong
  • Participants: Rembert Browne, Jin Ha, Nicole McLaughlin, Jaimie Sanchez, Jessica Willis
  • Cadreur: Duncan McCabe, Jared Cordes
  • Coiffure et maquillage: Kessia Randolph
  • Production: Jezebel Leblanc-Thouin
  • Assistance à la production: Sula Bermudez-Silverman, Erika Houle
  • Traduction: Marie-Sophie Bézert